Soins


En tant que Centre de Santé, l’Institut assure des activités de soins médicaux et mène des actions de santé publique, de prévention, d’éducation pour la santé, d’éducation thérapeutique des patients et des actions sociales. Dans ce cadre, il y a obligation d’élaborer un projet de santé. Celui-ci a été validé par le Conseil d’Administration et transmis à l’ARS le 1er janvier 2016.



Il rappelle les activités assurées par le Centre :

  • l’activité de soins pour la prise en charge de pathologies de l’appareil locomoteur,
  • la prescription d’activité physique à but thérapeutique,
  • l’encadrement de la pratique sportive,
  • la prise en charge de handicaps,
  • et la formation.

Il fixe également des objectifs d’évolution :

  • améliorer la capacité d’accueil pour les soins de premier recours pour les étudiants,
  • mutualiser le plateau technique et les compétences pour une meilleure prise en charge des patients déconditionnés à l’effort,
  • créer une structure permettant la prise en charge des soins non programmés,
  • améliorer la qualité de la prise en charge par l’inter-disciplinarité et la communication avec le médecin traitant.
  • En ce qui concerne les actes, l’Institut bénéficie d’un matériel d’examen de qualité permettant ainsi de prendre en charge les pathologies liées aux troubles musculosquelettiques.

Les ondes de chocs radiales et focales sont utilisées pour soigner les tendinopathies, les lésions musculaires ou ligamentaires cicatricielles.



En tant que Centre de Santé, l’Institut assure des activités de soins médicaux et mène des actions de santé publique, de prévention, d’éducation pour la santé, d’éducation thérapeutique des patients et des actions sociales. Dans ce cadre, il y a obligation d’élaborer un projet de santé. Celui-ci a été validé par le Conseil d’Administration et transmis à l’ARS le 1er janvier 2016.

Il rappelle les activités assurées par le Centre :

  • l’activité de soins pour la prise en charge de pathologies de l’appareil locomoteur,
  • la prescription d’activité physique à but thérapeutique,
  • l’encadrement de la pratique sportive,
  • la prise en charge de handicaps,
  • et la formation.

Il fixe également des objectifs d’évolution :

  • améliorer la capacité d’accueil pour les soins de premier recours pour les étudiants,
  • mutualiser le plateau technique et les compétences pour une meilleure prise en charge des patients déconditionnés à l’effort,
  • créer une structure permettant la prise en charge des soins non programmés,
  • améliorer la qualité de la prise en charge par l’inter-disciplinarité et la communication avec le médecin traitant.

Les ondes de chocs radiales et focales sont utilisées pour soigner les tendinopathies, les lésions musculaires ou ligamentaires cicatricielles.

Le plasma riche en plaquettes (PRP) permet de traiter les lésions tendineuses rebelles aux précédents traitements, les lésions musculaires chroniques, les lésions musculaires aigües des sportifs de haut niveau et les lésions chondrales aigües ou chroniques.

Les échographies et gestes infiltratifs sont utilisés pour prendre en charge les lésions musculo-tendineuses inflammatoires, les lésions ostéochondrales chroniques et les lombalgies chroniques.


La file active de l’Institut est de 4 465 patients en 2018. Parmi ceux-ci, 2,5 % étaient bénéficiaires de la CMU. La pratique du tiers payant, pour la part obligatoire, est généralisée depuis 2017. Le taux de télétransmission de feuilles de soins s’élève à 92,3 %.

L’activité globale de l’Institut est en constante augmentation depuis 2014.
En termes de soins, cela se traduit par une croissance de 192 % depuis 2014 et de 15,7 % du volume d’actes par rapport à l’an passé.

Dans le détail, on retrouve une forte augmentation de l’activité de consultations (+54 % depuis 2017). Cette augmentation des consultations est le reflet de la disponibilité des médecins pour les soins non programmés et de la confiance des correspondants.

Le développement de l’activité de rhumatologie depuis 2015 se traduit par une augmentation constante du nombre d’échographies et de gestes infiltratifs.

Dans le cadre de la prise en charge des troubles musculosquelettiques, la hausse des PRP (Plasma enrichi en plaquettes) reflète la notoriété de la structure et l’amélioration de la connaissance de ces différentes thérapeutiques en raison de l’organisation de soirées dédiées sur ces thématiques.

Le développement de l’activité de médecine générale depuis le dernier trimestre 2018 se traduit par une augmentation constante du nombre de consultations et de demandes de médecins traitants


medium

© 2019 Institut Régional de Médecine du Sport et de la Santé - Tous droits réservés